VOYAGE AU VIETNAM DU 29 MAI AU 15 JUIN 2011

29 juin, 2011

Voici une petite présentation de notre séjour au viêtnam ( Nord et

centre) consacré à la découverte de ses splendides paysages et de

 sa population attachante

1151.jpg 0812.jpg 063.jpg 026.jpg

SIQUIJOR

17 août, 2012

Du 16 au 20 juillet
Nos 3 derniers jours aux Philippines sont consacrés à la découverte de Siquijor, petite île des Visayas, peu touristique et très tranquille. On va louer une moto pour trois jours (7 euros par jour) pour faire le tour de l’île. On profite de jolies plages mais on est un peu déçus car on espérait trouver des plages avec accès sur des barrières de corail pour faire du snorkeling mais ce n’est pas vraiment le cas, d’autant qu’il y a beaucoup de vent, que la mer est agitée et qu’on ne voit pas grand chose sous l’eau.
On passera les 3 nuits (pour une fois, on a pas changé) dans un bungalow au Islander Paradise Beach pour 600 pesos la nuit, hôtel isolé très agréable (impératif de louer la moto pour se déplacer) situé sur une plage sympa (mais mer agitée, en tout cas pendant notre séjour).
SIQUIJOR dans hong kong et philippines juillet 2012 SANY0214-300x225SANY0220-300x225 dans hong kong et philippines juillet 2012
Le 20, on reprend le ferry pour Cebu (5h de trajet, 20 euros par personne) puis l’avion le soir même Cebu Hong-Kong.
On arrive à 1H du matin à Hong-Kong où l’on passera une dernière journée dédiée au shopping.

Au final, un superbe voyage avec des choses très diversifiées (entre Hong Kong et Siquijor, deux mondes qui n’ont rien à voir), des paysages terrestres et lacustres inoubliables et une population très accueillante.
On a eu en fin de compte beaucoup de chance avec le temps malgré la mousson. De la pluie certes mais pas de typhon ni d’inondations et quand même beaucoup de soleil alors que moins d’une semaine plus tard des typhons, tempêtes et pluies torrentielles vont s’abattre sur les Philippines pour plusieurs semaines, paralysant tout le pays et provoquant plus de 100 morts.
A aucun moment on ne s’est senti en insécurité et on a pris aucune précaution (par contre on a pas visité Manille ni de grande ville).
On avait pris aucun traitement (pas d’anti-palu et franchement on a pas regretté car on a vu très peu de moustiques).
Le coût de la vie est vraiment peu élevé notamment pour la nourriture (ce n’est pas de la gastronomie et c’est sûr que la cuisine des Philippines est beaucoup moins bonnes et diversifiée que celle d’autres pays d’Asie).
On se déplace facilement entre les îles en avion grâce aux Compagnie low cost. Le plus cher dans les transports sont les taxis pour faire les liaisons (vers le port, l’aéroport…) et les ferry. Les trajets terrestres sont par contre souvent assez longs et fatigants.
Bref, vraiment un pays où il fait bon se balader en itinérant tant le voyage est simple à organiser une fois sur place (en amont c’est un peu difficile car peu de guides et pas assez détaillés…)

PANGLAO BOHOL

17 août, 2012

Du 12 au 16 juillet
Le 12, on arrive à 12H40 à Cebu. De là, on prend un taxi pour le port qu’on partage avec 2 routardes rencontrées dans l’avion (200 pesos le taxi). On prend le ferry pour Bohol (45mn de trajet pour 11 euros/pers). Depuis le port, on prend un taxi partagé (à 8) pour Alona Beach sur la presqu’île de Panglao (30mn de trajet). Là encore, on arrive à la nuit et il est difficile de chercher un hôtel. On souhaiterait être sur la plage mais ce ne sont que des resorts chers. On sent qu’on est dans un endroit beaucoup plus touristiques ( des rabatteurs qui vous proposent des excursions, des masseuses en nombre sur la plage qui vous interpellent toutes les 30 secondes…) , on se sent un peu plus oppressé qu’à El Nido. En fait, Alona Beach n’est qu’une plage bordée d’hôtel et de restaurants : pas de vrai village. Finalement on décide de passer la 1ère nuit à l’hôtel où nous a déposé le taxi qui propose des cabanes en nippa très corrects pour 700 pesos la nuit avec pdj, dans une ruelle à 200m de la plage. PANGLAO BOHOL dans hong kong et philippines juillet 2012 SANY0143-300x225
Le lendemain, on fait d’autres recherches et on se décide pour le Mondsee Land, un peu en retrait mais qui propose de belles chambres sur la piscine pour 23euros avec pdj. On y restera 3 nuits.SANY0185-300x225 dans hong kong et philippines juillet 2012

Cette première journée est consacrée à la plage et à l’organisation des prochains jours. La plage d’Alona Beach n’a rien d’extraordinaire : jolie et bordée de cocôtiers mais difficile de se baigner car beaucoup d’algues et surtout on avait pris l’habitude d’être plus tranquille aux Philippines.
Le lendemain, on avait prévu de louer une moto pour 5 euros la journée pour visiter Bohol et les fameux Chocolates Hills. Malheureusement au matin, il pleut énormément et le ciel est très chargé : pas du tout envie de se tremper toute le journée sur la moto. Du coup, on loue un tricycle avec chaffeur pour la journée afin de faire le route à l’abri (23 euros).
On va découvrir tour à tour les Chocolates Hills qui valent le détourSANY0150-300x225SANY0161-300x225
Puis la River Lomboc grâce à un déjeuner croisière sur un bateau (800 pesos à 2)
SANY0176-300x225SANY0167-300x225
Le petit tarsier, tout mignon, espèce rare et protégé que l’on voit dans un centre de reproduction et les paysages de l’île de Bohol, très beaux avec les rizières et les cocotiers
SANY0181-225x300SANY0164-300x225
Le lendemain, on veut aller faire du snorkeling sur l’île de Balacasag dont les fonds marins sont très réputés. Il n’existe pas comme à El Nido de tours en bateau organisés pour petits groupes et on est obligés de louer une bankas privée pour 1600 pesos (et encore tarif négocié) et apparemment l’excursion ne peut se faire que le matin et ne peut pas durer toute la journée. C’est dommage car on aurait préféré passer toute la journée sur l’ïle pour snorkeler à notre rythme. On part de très bonne heure pour pouvoir aller voir les dauphins en mer qui effectivement sont au rendez-vous puis Balicasag. Les fonds sont vraiment superbes (coraux et poissons) et pour les 2 petites heures passées là-bas, on en a pris plein les yeux.
SANY0210-300x225SANY0208-300x225SANY0211-300x225On finit enfin par l’île vierge, un vrai petit bijou.

Le 16 juillet, pour notre dernier jour à Panglao, on loue une moto (5 euros) et on parcourt la presqu’île à moto avant de prendre le ferry le soir pour Siquijor (tricycle pour le port :6 euros puis 1H30 de ferry :15 euros).

PALAWAN

16 août, 2012

PALAWAN dans hong kong et philippines juillet 2012 SANY0109-300x225Du 6 au 12 juillet On arrive à Manille à 5h du matin et on prend directement un taxi pour l’aéroport (7 euros). On prend le pdj à l’aéroport puis l’avion pour Puerto Princessa à 11H15 (environ 45H par personne avec Cebu Pacific). On arrive à Puerto Princessa à 12H30 et on pense devoir y passer la nuit car le Lonely Planet indique que les bus pour El Nido partent le matin. Or à l’aéroport, il y a 2 agences de voyage qui attendent les passagers pour leur proposer un départ immédiat pour El Nido en minivan (1200 pesos l’aller et retour par personne soit 23 euros, à peine plus cher que le bus et beaucoup plus pratique et rapide que le bus). On est donc 8 dans un minivan climatisé qui met environ 5H pour faire Puerto Princessa El Nido. Les paysages de l’intérieur de l’Ile sont très beaux, la route par contre est vraiment mauvaise surtout les 6O derniers km puisqu’il n’y a plus de goudron. Il fait nuit lorsqu’on arrive à El Nido donc difficile de se repérer et de choisir un hôtel. On prend un tricycle pour se rendre dans le centre (inutile car c’est à moins de 5mn à pieds du terminal des minivans. Le tricycle nous emmène dans plusieurs hôtels. Les prix sont plus chers qu’à Banaue et on voudrait être sur la plage ce qui n’a pas l’air évident. On est un peu fatigués par le trajet et las de chercher donc pour cette nuit on opte pour le Rovic hôtel à 800 pesos. Il est situé sur la plage mais les chambres ne donnent pas sur la plage pour la simple et bonne raison qu’elles n’ont pas de fenêtre (ce dont on ne s’apercevra que le lendemain matin). Le lendemain, on décide de changer d’hôtel car celui-ci est vraiment déprimant et on est venu pour profiter de la mer. Après s’être renseigné dans un certain nombre d’entre eux (et avoir éliminé ceux, très nombreux dont les chambres sentent l’humidité) on opte pour le Rico’s hôtel à 1300 pesos la nuit avec pdj et ventilateur. La chambre est très belle, bien équipée avec eau chaude dans la douche et surtout une terrasse (où de bons pdj nous serons servis chaque matin ) avec cette vue magnifique sur la baie. SANY0139-300x225 dans hong kong et philippines juillet 2012SANY0046-300x225 Cette première journée est consacrée à la plage et à l’organisation des journées suivantes pour réserver les tours en bateau dans l’archipel des îles Bacuit (on est quand même venus là pour çà). Le midi, on mange la principale rue d’El Nido, très touristique pour 8 euros à 2. Tous nos autres repas seront pris dans de petits restos locaux dans des rues plus retirés où l’on mangeait le poulet adobo ou poulet afritada avec riz pour moins d’un euro par personne. Le lendemain, on a réservé un tour en bankas (le tour A) pour 27 euros à 2 comprenant le repas du midi. Il pleut pas mal mais les philippins ont l’habitude de vivre avec la pluie et le tour n’est pas annulé pour autant. On est 8 sur le bateau plus 2 pour l’équipage. SANY0010-150x112SANY0020-150x112SANY0134-150x112SANY00951-150x112 SANY0127-150x112 Dommage qu’il pleuve car les paysages somptueux se succèdent : des lagons magnifiques aux eaux turquoises, des plages secrètes bordées de côtotier où l’on n’accède en nageant à travers une grotte ces gros roches plantés au milieu de l’eau qui ne sont pas sans rappeler ceux de la baie d’Halong qu’on a fait l’an passé. On s’arrête à plusieurs reprise pour faire du snorkeling et les fonds sont magnifiques. Le midi, on s’arrête sur une plage superbe et pendant que nous faisons du snorkeling, l’équipage nous prépare un copieux déjeuner au barbecue (poissons, poulet grillés avec crudité et fruits) SANY0003-150x112
Les deux jours qui suivent vont se dérouler au même rythme avec le soleil en plus (tour en bateau de 9h et 17h30 puis soirée tranquille en bord de mer à El Nido). On fera le lendemain le tour C (35 euros à 2, le plus beau selon nous) puis le tour B le jour suivant. El Nido est vraiment un endroit magique avec des paysages paradisiaques et des habitants très gentils qui ne harcèlent pas le touriste, à l’image des équipages des bateaux qui se montrent très prévenants mais sans rien chercher à vendre ou attendre des pourboires…
Le 11 juillet, on reprend le minvan à 13h direction Puerto Princessa.
On arrive le soir à l’hôtel Casa Linda (l’avantage du minvan est qu’il nous dépose directement à l’hôtel) recommandé par le Lonely. Le tarif de la chambre proposé (1350) est le double de celui annoncé dans le guide. Il nous disent que ces tarifs datent d’il y à 3 ans! Finalement, on réussit à négocier à 800 pesos. On passe la soirée à Puerto Princessa (repas au jolibee pour goûter les hamburgers philippins!) et le lendemain on reprend l’avion (de l’hôtel on est à 10mn à pied de l’aéroport) à 12H40 avec Cebu Pacific direction Cebu dans l’archipel de Visayas (25 euros par personne le vol).

BANAUE

29 juillet, 2012

Mardi 3, Mercredi 4 et jeudi 5 juillet
Arrivés au petit matin à Banaue. On a très peu dormi dans le bus et on se met à la recherche d’un hôtel. On se fie au Lonely Planet. On se renseigne dans 2 hôtels pour choisir le People’s Lodge qui nous propose une chambre à 13, 50 euros avec une vue superbe sur les rizières.
BANAUE dans hong kong et philippines juillet 2012 BANAUE-0-300x225
On prend un pdj, on dort un peu puis on décide d’aller à pied au viewpoint (on peut aussi y aller en tricycle mais cela fait une jolie balade à pied et çà permet de découvrir le village de Banaue). De là on observe les rizières de Banaue qui sont bien vertes à cette saison.
BANAUE-2-300x225 dans hong kong et philippines juillet 2012
Banaue n’est pas très étendu, comme partout aux Philippines, beaucoup d’enfants adorables dont les plus jeunes nous font coucou de la main et nous disent « hello », des chiens, des poules, des tricycles, des jeepneys, des maisons un peu délabrées et de petits commerces.
On s’organise pour le lendemain où l’on veut aller randonner à Batad où les rizières sont paraît-ils les plus belles.
Il n’y a pas d’excursions organisées en groupe. On opte pour l’option tricyle puis marche (car on a pas réussi à trouver d’autres personnes pour partager un jeepney qui vous amène plus loin et à 2 c’est trop cher). Le soir, on dîne à l’hôtel pour 7,50 euros à E (on goûte le plat national : le fameux poulet Adobo, poultet mariné dans une sauce à l’ail et au vinaigre : pas mauvais, sans plus, apparemment les Philippines n’ont pas une gastronomie aussi intéressante que les autres pays d’Asie qu’on a visité mais pas contre c’est très économique, riz à tous les repas et dessert d’un pancake à la banane).
On part tôt le matin car on sait qu’en cette période de mousson, les risques de pluie sont forts l’après-midi (il pleuvra d’ailleurs tous les après-midi à partir de 15H30-16h pendant notre séjour à Banaue).
Le tricyle jusqu’à Batad jonction coûte 11,60 aller et retour puisqu’il nous attend jusqu’à 17h. Il y a 12km de route jusqu’à la jonction puis la montée est une route caillouteuse que seul le jeepney. On fait donc les 2km à pied, çà grimpe assez raide puis on redescend sur Batad (au total environ 2heures de marche) mais çà vaut la peine tant la vue est extraordinaire à l’arrivée.

BANAUE-21-150x112BANAUE-1-112x150BANAUE-32-112x150

BANAUE-141-300x225
On déjeune chez l’habitant sur les hauteurs du village, on peut aussi y passer la nuit pour 4 euros, on ne l’a pas fait car on était fatigué du voyage enn avion puis du bus de nuit et surtout on ne se voyait pas faire toute cette rando avec les sacs à dos mais on regrette tant c’est magigique. Depuis Batad on peut aussi randonner vers une cascade, un autre village… Mieux vaut prendre un guide après car ce n’est pas facile de marcher dans les rizières. On sait qu’on a encore un long trajet de retour donc on ira pas jusqu’à la cascade.
On remonte dans l’autre sens. Arrivés en haut, on a la chance (car il commence à pleuvoir et fort) de se faire véhiculer par un jeepney loué par des allemands jusqu’à la où notre tricycle nous attend comme convenu.
Pour notre dernier jour à Banaue, on se balade dans les rizières aux alentours en attendant le bus du soir direction Manille.

MANILLE

29 juillet, 2012

Lundi 2 juillet
Le matin, on reprend notre bus 21 direction l’aéroport. On a réservé un vol pour Manille avec Cebu Pacific pour 75 euros par personne. C’est une Cie Low cost des philippines (sur liste noire de la commission européenne comme toutes les Cie des Philippines) mais effectue de nombreux vols intérieurs aux philippines et internationaux en Asie. Les avions sont récents (aucun retard, aucun souci de bagage…) et on ne se sent pas du tout en insécurité avec cette Cie qu’on va prendre 4 fois au cours du séjour.
On arrive à Manille à 12H40. On ne veut pas rester à Manille car on a lu partout qu’il n’y avait strictement rien à y voir donc on a prévu de prendre le soir même un bus de nuit pour Banaue au Nord de Luzon, là où l’on trouve les fameuses rizières en terrasse.
On change quelques euros à l’aéroport pour payer le taxi, espérant trouver un meilleur taux de change dans Manille (ici 1 euros=50 pesos).

On se renseigne un peu à l’aéroport pour les bus pour Banaue. Il n’y a plus qu’une Cie qui fait le trajet Ohayami bus. ON prend un taxi pour s’y rendre et acheter noter billet pour ce soir avant de visiter Manille (taxi négocié à l’extérieur de l’aéroport : 12 euros). On arrive dans une minuscule gare routière : 1 guichet et 3 bancs. Le billet coûte 8,70 euros mais ils ne prennent pas la CB (comme nulle par aux Philippines d’ailleurs). Il faut d’abord qu’on fasse du change. On est pas dans le centre (d’ailleurs on ne sait pas vraiment où se trouve le centre!) donc pas de bureau de change. On nous indique des banques: on en fait 4 mais aucune ne change les euros. On nous indique qu’on pourra changer au mall (grand centre commercial) mais qu’il faut prendre un jeepney. Donc on retire des pesos au distributeur pour d’abord acheter nos billets pour ce soir et on se fait expliquer au guichet du bus comment prendre le bon jeepney. On essaie donc déjà ce mode de transport collectif local qui transporte les personnes pour un prix modique. On était une dizaine dedans mais au cours du voyage on en croisera des surchargés avec même des personnes sur le toit.
MANILLE dans hong kong et philippines juillet 2012 BANAUE-41-300x225

Finalement, on trouve enfin de quoi changer au Mall. C’est un immense centre, moderne avec de la musique très forte et de nombreux fast food. On a plus vraiment le temps de chercher à visiter Manille donc on restera au Mall une grande partie de l’après-midi. On y mange pour une somme modique (environ 3 euros par personne) et on profite de ce temps d’attente pour se expérimenter les massages dans un centre de massage : 6,30 euros par personne.
A 22h, on prend le bus pour Banaue.
10h de route, dans un bus glacé.

HONK KONG

29 juillet, 2012

DIMANCHE 1er Juillet
Après un vol assez long ponctué de 2 escales (Genève-Bruxelles, Bruxelles-New Delhi et New Dehli-Hong Kong), on arrive à Hong Kong.
On change qques euros en dollars hong kongais pour pouvoir payer le bus (1euros= 9 dollars environ).
On prend le bus 21 qui nous emmène à Tsim SHA Tsui sur l’île de Kowloon en 45mn pour 3,5euros. C’est au Chung King Mansion qu’on a réservé un hôtel (le seul réservé du voyage).
Le bus nous dépose quasiment devant. C’est un immense bâtiment au sein duquel se trouvent des dizaines d’hôtels bon marché. On a réservé sur booking.com une chambre au Canada Hotel pour 27 euros, ce qui n’est vraiment pas cher. La chambre est minuscule (environ 4m2 sdb comprise!) mais climatisée. Pour une nuit çà ira d’autant que l’hôtel est très bien situé : métro à proximité et surtout ferry pour central sur l’île de hong kong. On change de l’argent dans un des bureaux de change de l’entrée de Chung King Mansion puis on grignote un truc au Mac Do pour ne pas perdre de tps (moins cher que chez nous). On décide de prendre le Ferry pour traverser car la vue sur les building est splendide. La traversée dure 10mn et coûte environ 20c d’euros!HONK KONG dans hong kong et philippines juillet 2012 SANY0007-300x225
SANY0036-300x225 dans hong kong et philippines juillet 2012SANY0022-300x225

On se balade un peu au milieu des building de central, des tramway, des taxis…
SANY0010-112x150SANY0009-150x112SANY0229-150x112

On rejoint le funiculaire qui monte jusqu’au Peak (5euros la montée). De là-haut, la vue est extraordinaire.SANY0024-300x225

On redescend à pied (environ 2H) puis on reprend le ferry pour Kowloon car on sait que c’est de là-bas qu’on a la meilleure vue sur le feu d’artifice qui est tiré tous les soirs.
Le meilleur emplacement pour le feu d’artifice se trouve sur l’avenue des stars, version hong-kongaise d’Hollywwod bvd mais bon à part Bruce Lee, on ne connaît pas beaucoup de stars chinoises!
çà commence à 20H et dure environ 20mn mais venir tôt pour une bonne place car le spectacle est grandiose.
Après le feu d’artifice, on se dirige à pied vers le night market au Nord de Tsim SHA Tsui sur l’île de Kowloon.
On mange chinois dans l’un des nombreux restos typiques qui bordent le marché. Plein de gadgets sympas et pas cher à acheter, on verra çà au retour puisqu’on fait également une halte dans l’autre sens.
On rentre tranquillement à pied jusqu’à l’hôtel, il est plus de minuit et la plupart des magasins sont encore ouverts!

Hanoï

30 juin, 2011

jour 1 et 2

Le 28 mai matin, nous embarquons pour Hanoi de Geneve avec Aeroflot, 2h d’escale à Moscou et le 29 juin à 8H heure locale à Hanoi, heure prévue, aucune difficulté avec cette compagnie.

A l’arrivée, nous sommes un peu angoissés car nous avons une lettre d’invitation pour un visa à l’arrivée (obtenu en 3 jours via visavietnam .com pour 12 dollars par personne) et malgré les infos prises sur les forums on est pas complètement rassuré tant qu’on a pas le fameux tampon et qu’on est pas rentré surle territoire (d’autant que les guides sont peu explicites sur cette procédure).

Finalement, tout se passe bien. Il y a un guichet pour les visas à l’arrivée, quelques personnes devant nous mais très peu d’attente, on remet les lettres d’invitation, les 2 photos d’identité et les 25 dollars par personne (peut-être qu’ils prennent les euros mais on a pas demandé vu qu’on aait prévu des dollars justement pour cela). Quelques minutes après on récupère nos passeports avec le visa. Total de l’opération : 37 dollars contre les 70 euros demandés par l’ambassade alors n’hésitez pas à opter pour le visa à l’arrivée.

A la sortie de l’aeroport, on prend le bus de vietnam airlines pour le centre. Il y a un tarif affiché mais on omet de demander si c’est bien le tarif et où s’arrête le bus. A l’arrivée dans le centre, on demande au chauffeur s’il peut nous déposer à la gare centrale, du coup il nous demande 200000 dongs (presque aussi cher que le taxi).

A la gare centrale, on dépose nos sacs à dos car on prend le train de nuit pour Sapa le soir même. Puis nous partons visiter Hanoï. Le choc est impressionnant : bruit, circulation…On a prévu de ne consacrer que cette journée à Hanoï car on est pas trop “ville” et cela suffit. On se ballade au bord du lac (rien d’exceptionnel) puis dans les 36 rues des métiers (intéressant, cela donne un bon aperçu d’Hanoï).

 

009.jpg 272.jpg 208.jpg

Vers 19H, on se rend à la gare centrale pour prendre le train couchette pour Sapa. On a réservé par agence (far eastour) 2 couchettes dans une cabine à 4 pour le wagon orient express pour 70 dollars par pers A/R. A la gare, on s’aperçoit que la barrière de la langue ne facilite pas les choses, peu de viêtnamiens finalement parlent anglais. A la gare pour nous guider le personne n’est pas très aimable (ce sera une des rares fois) mais on finit par comprendre qu’on est pas au même endroit : le départ pour Sapa se fait d’une annexe de la gare située à l’arrière (il faut faire le tour du pâté de maison). Arrivés au train, on s’aperçoit avec bonheur qu’on est que deux dans la cabine. La cabine est de bon confort, le trajet est loin et on est pas mal secoué mais on peut quand même dormir.

 014.jpg

 

Arrivée à Lao Cai le lendemain à 5H30

Sapa

30 juin, 2011

Jour 3, 4 et 5 : Sapa

A l’arrivée à la gare, on prend un minibus ( plein de compagnies différentes ) qui nous amène à Sapa en une heure. En fait chaque bus est en connexion avec un hôtel. Le nôtre nous dépose à l’hôtel Darling sur les hauteurs de Sapa qui nous propose des chambres à 10 ou 15 dollars (sans pdj). Celle à 10 dollars est vraiment humide donc nous choisissons celle à 15 qui est correcte. C’est un hôtel géré par de très jeunes gens qui  parlent presque pas anglais.

 091.jpg023.jpg 021.jpg 063.jpg

On se balade dans les rues de Sapa qi sont très agréables et où l’on rencontre de nombreuses femmes issues des minorités en costume traditionnel qui cherchent à nous vendre leurs produits d’artisannat en anglais et parfois même en français. On réserve pour le lendemain un treck pour les villages voisins puis on prt visiter à pied le village de Cat Cat, le seul accessible directement seul depuis Sapa. Deux heures de descente parmi les paysages de rizières puis arrivée au village et à la cascade. Belle ballade. Ce n’est pas la haute saison touristique donc peu de monde.

Le lendemain, on fit notre treck de 10 km (après quelques km en minibus) avec comme guide une jeune fille des minorités très sympa (excursion 12 dollars par pers à la journée avec pique-nique compris). Un peu de brume mais du soleil. Il fait moins chaud qu’à Hanoï mais le soleil est très agréable. Nous visitons trois villages de minorités (Hmongs, Red Dao et Day) : Lao Chai, Ta Van et un autre dont le nom m’échappe. Les paysages sont somptueux, les minorités vivent vraiment dans un grand dénuement et du coup les femmes nous suivent sur des km pour espérer nous vendre quelques objets.

034.jpg 026.jpg 052.jpg 039.jpg

 

Le lendemain, il pleut toute la journée. Heureusement, on avait juste prévu d’aller se balader dans les alentours ce qui n’est même pas possible car la brume empêche toute visibilité.

Le soir, on reprend le train pour Hanoï. Cette fois, on est 4 dans la cabine, moins pratique pour dormir.

On a beaucoup aimé Sapa et ses villages, les paysages et la rencontre avec les minorités. Plein de restos sympas et pas chers, on peut ausi manger barbecue le soir dans la rue, très bon. On a aussi essayé les massages, bien mais assez appuyé donc plus thérapeutique que relaxant

Tam Coc

30 juin, 2011

jours 6 et 7 : Tam Coc

Jour 6

Notre train arrive à Hanoi à 4h30 du matn. Encore une nuit courte et sans beaucoup de sommeil. Ces premiers jours sont assez fatigants. On prend directement un taxi pour la gare routière et prendre un bus pour NINH Binh. A la gare routière, c’est un peu folklo. Apeine descendus du Taxi, pleins de jeunes nous interpellent en criant “Ninh Binh ?”. Naturellement aucun d’entre eux ne parle l’anglais. On se rend aux guichets de la gare routière. Un seul d’ouvert, la femme parle un peu anglais. On finit par comprendre qu’elle ne vend pas de billets pour Ninh Binh mais elle nous conseille de suivre un des jeunes qui nous interpellent ce que l’on finit par faire. Il nous fait monter dans un bus après nous avoir certifié que le bus allait à Ninh Binh (contrairement à ce qu’indique le panneau sur le bus). On attend plus d’une heure avant de partir que le bus se remplisse. Pendant ce temps, le jeune va chercher des personnes pour les ramener dans le bus, çà n’a pas l’air bien officiel d’autant qu’à un moment une voiture de police arrive et qu’ils s’empressent d’enlever le panneau de destination et de déplacer le bus. Finalement le bus part et tout le temps du trajet, le bus ralentit dès qu’il y a des gens sur le bord de la route et le jeune les interpelle pour les faire monter dans le bus. On est un peu stressé de savoir où on va atterir car personne ne parle anglais. Finalement on arrive à Ninh Binh, le jeune nous fait signe d descendre mais on ne sait même pas où on est, en tout cas pas à la gare routière. On finit par trouver un taxi. Le chauffeur est obligé de trouver quelqu’un qui parle anglais pour comprendre où on veut aller.Le taxi nous amène à Tam Coc à l’hôtel chez Loan que nous avons réservé  par mail. C’est un minuscule hôtel de 5 chambres, situé à la sortie de Tam Coc dans un endroit très paisible au milieu des rizières e tenue par une viêtnamienne très sympa qui parle très bien français. La chambre est sympa pour 12 dollars et Loan prête gratuitement des vélos et surtout nous remet une carte et nous indique tous les endroits à découvrir à vélo.161.jpg 190.jpg

Comme on est un peu fatigués par notre nuit dans le train, on décide de commencer par quelques chose de pas trop fatigant : la ballade en barque de Tam Coc (3 dollars); malheureusement il se met à pleuvoir et on fera les 2h de ballade sous la pluie. Malgré la pluie, les paysages sont magnifiques, ces rochers plantés au milieu des rizières et les rameuses rament avec les pieds. On savait par les guides que la rameuse chercherait à nous vendre ses travaux de broderie et pourrait se montrer très insitante. Finalement pas tant que çà. On a rien acheté mais on a laissé un pourboire (et effectivement elle faisait la tête car ne devait pas être satisfaite du montant).

Après la ballade en barque, on pédale au milieu des rizières et l’on se rend à la pagode Mua Cave que nous a indiqué Loan à 5km pour escalader les 450 marches, tant pis pour la fatigue mais la vue du haut vaut vraiment la peine. Et le soleil est de retour.

095.jpg 187.jpg 141.jpg 115.jpg 118.jpg 133.jpg

Le soir, on dîne chez Loan : une fondue (viande, poisson, crevettes, nouilles et légumes qu’on met à cuire dans un bouillon) pour 200000 dongs à deux, excellent!

Le lendemain, on part à vélo à 15 km pour visiter le site d’Hoa Lu (ancienne capitale), comment souvent au Viêtnam on est un peu déçu quand il s’agit de monuments car il ne reste pas grand chose.

Puis on fait une autre ballade en barque, celle de Trang Ha située à 10 km de Tam Coc sur la route d’Hoa Lu (4dollars par pers pour 3heures de ballade). Là aussi ce ont des femmes qui rament, parfois avec les pieds et pendant 3 heures! On traverse 10 grottes, les paysages sont différents, plus sauvage mais on a préféré Tam Coc pour le contraste avec le vert des rizières. Là les rameuses sont plus agréables et ne cherchent rien à nous vendre.

Au retour, arrêt au petit marché de Tam Coc pour déguster des fruits.

Le soir, on a refait un très bon dîner chez Loan (viande de chèvre, spécialité de la région) avant de prendre le sleeping bus (17 dollars, réservation faite par Loan, malheuresement il n’y avait plus de place dans le train couchette) direction Hué. On quitte à regret cette région magnifique où l’on serait bien restés une journée de plus

Hué

30 juin, 2011

Jour 8 et 9 : Hué

10 heures dans le sleeping bus, pas facile de dormir. C’est assez bien aménagé mais les vietnamiens n’achètent pas de places pour leurs enfants donc ils leur laissent les couchettes et eux dorment parterre ce qui fait qu’on ne peut pas bouger de sa couchette pendant les 10H même pas pour aller aux toilettes! On dors beaucoup mieux dans le train (car avec les bruits de klaxon…).

Au matin, on arrive à Hué. A la sortie du bus, des rabatteurs parlant français nous attendent pour nous proposer des chambres dans leur hôtel. L’hôtel est recommandé dans le routard et ils nous proposent des chambres à 10 ou 12 dollars, situé dans une petite ruelle proche du quartier routard (hôtel Bing Duong I). Les chambres sont sympas donc on en choisi une à 12 dollars. Qu’il fait chaud à Hué!

L’après-midi on visite la cité impériale (2 dollars), franchement on et pas emballé plus que çà. D’une manière générale, pour les monume nts, on a p référé la Thaïlan de. Au Viêtnam, souvent il ne reste pas grand chose et les monuments sont plutôt décevants. Le soir, on dîne dans le quartier routard. La ville est agréable, beaucoup de motos, comme partout.

 Le lendemain, on a réservé une excursion à la journée en bateau sur la rivière au parfum (8 dollars) avec visite des tombeaux royaux (entrées non comprises). On s’attendait à de plus beaux paysages sur la rivière aux parfums (pas de fleurs ni rien). Quant aux tombeaux, même remarque que pour la cité impériale. Deuxième soirée dans le quartier routard qui est plus calme.

Finalement Hué est l’étape que nous aurons le moins apprécié. S’il est plutôt agréable de s’y promener, il n’est pas nécessaire d’y rester plus d’une journée.

Le lendemain, on prend le bus à 8H pour Hoi An (4 dollars)

 247.jpg206.jpg219.jpg213.jpg 226.jpg 244.jpg

12